Retour en haut

Récit de Soi

Récit de Soi

 Documentaire / Court-Métrage

🎬  Réalisé par Géraldine Charpentier-Basille  (2018)

  • Court-Métrage
  • Animation
  • Queer
  • Transidentités

 Documentaire


🎬 Réalisé par Géraldine Charpentier-Basille  (2018)


 05

Pitch :

"Lou se raconte, son rapport au genre, aux vêtements et à d’autres marqueurs incontournables, alors que les représentations non binaires sont rares."

Représentation et visibilisation
Personnes Concernées
Feel Good
Militant
Déconstruction

Représentation et visibilisation

. "À l'époque de la réalisation de Récit de soi, Lou et moi habitions ensemble, en colocation avec d'autres ami.e.s. Nous avions tous.tes des parcours singuliers et nous définissions comme "non-binaires" ou "trans" pour certain.e.s (sans forcément trouver les mots justes, comme dit dans le film). J'ai d'abord eu envie de faire des portraits de mes ami.e.s à travers le prisme des genres, car j'avais été touchée par la lecture de textes de Judith Butler (dont Le Récit de soi) au cours de philosophie de la Cambre, et car je ne voyais pas de récits qui nous ressemblaient (je trouvais qu'il y avait surtout des drames, et nous étions des gens plutôt joyeux).
J'ai entrepris d'enregistrer des conversations avec mes ami.e.s, de les monter et de les illustrer (j'avais aussi l'émission Les Pieds sur Terre de France Culture en tête, des récits de vie singuliers et sans commentaires). Finalement, la conversation avec Lou a été tellement riche que je n'ai pas eu à faire d'autres enregistrements. J'ai préféré me concentrer sur son histoire, à laquelle je m'identifiais aussi énormément. J'ai donc consacré ma troisième année à la Cambre à illustrer par l'animation ce récit obtenu grâce au montage du son de la conversation."

Personnes concernées

. "Je suis réalisatrice et animatrice de films d'animation et je vis et travaille à Bruxelles. J'ai étudié jusqu'au master à l'atelier de cinéma d'animation de la Cambre. J'y ai réalisé Récit de soi en 2018 alors que j'étais en troisième année, et Papa Zaza, mon film de fin d'étude en 2020. Je me suis prise de passion pour les récits documentaires surtout, et des sujets plutôt intimes, qui dialoguent avec le politique et la philosophie."

Feel Good

. Récit de soi est un court-métrage doux et sensible, qui aborde cependant des thématiques difficiles, telles que la dysphorie de genre.

Militant

. "Comme je l'ai dit plus haut, une de mes motivations était de proposer une représentation sur les questions des genres et des transidentités. Je ne trouvais pas ou assez peu de représentations assez nuancées. Je me demandais beaucoup à ce moment si les représentations précèdent ou suivent notre manière de nous constituer dans le réel. Maintenant j'ai l'impression qu'elles ne doivent pas attendre en tous cas!

Je dois dire quelques mots à propos de Tomboy, quand il est sorti au cinéma j'avais 17 ans et j'étais allée le voir 4 fois au cinéma tellement il m'avait interpellé. J'aime la manière dont il mêle les questions des genres et les jeux d'enfants. Même si l'issue du film est difficile, ces scènes de jeux (surtout de football), m'on laissé un souvenir très joyeux. Ce film m'a fait beaucoup avancer dans mes questionnements (sur les genres et sur le cinéma) comme c'était le cas de Lou.
Il faut continuer la diversification des représentations des personnes trans et queer, en explorant tous les médiums et tous les genres. Que ce soit en prise de vue réelle, en animation, pour donner vie à des documentaires et des fictions. Je trouve que c'est plus réussi lorsqu'on nuance les récits et qu'ils ne jouent pas que sur le registre du drame. Je trouve aussi que c'est important de travailler avec des personnes concerné.e.s si l'on ne l'est pas soi même directement, au moment où l'on travaille sur ces sujets."

Déconstruction

. "Concernant la mise en forme du récit, je me permet d'insister sur le montage du son. C'est vraiment là qu'intervient une phase d'écriture. Je partais d'une conversation de 40 minutes sans réelle structure, pour aboutir à 5 minutes de narration. J'ai essayé de partir de ce qui est évident et matériel, comme le rôle des vêtements dans l'expression du genre, pour aller vers des questions plus complexes comme les mots que l'on a pour se définir, et enfin et surtout, les représentations au cinéma. J'aimais l'idée de finir sur mon médium qui s'interroge lui-même. Les images sont venues très naturellement après ça. J'ai utilisé toutes les techniques que j'aimais: du dessin, du papier découpé, de la peinture sur verre, pour rythmer visuellement l'histoire. Cela en gardant quand même des images simples et légères pour laisser la place principale au son. Je me suis rendue compte d'un avantage qu'avait l'animation sur la prise de vue réelle sur ce sujet, c'était la distance avec le corps. Plutôt qu'avec un corps filmé, j'ai senti que l'on pouvait davantage se concentrer sur le parcours psychologique du personnage ou la dimension sociale et construite du genre."

SOURCE: interview avec la réalisatrice Géraldine Charpentier-Basille

Quelques films similaires :

 Documentaire / Transidentités

🎬 Cathy Heffernan  (2019)

Transidentités.

Being Marcus

 Documentaire / Transidentités

🎬 Aidan Jara  (2018)

Transidentités, Queer.

Revelo

Pour creuser la question :

  • Lexiques
  • À propos
  • Contact

© 2021 Les Queeriers du cinéma