Retour en haut

One Day at a Time

One Day at a Time

 Série / Comédie

🎬  Réalisé par Gloria Calderón Kellett, Mike Royce  (2017)

❤️

  • Comédie
  • Comédie Dramatique
  • Chronique familiale
  • Queer

 Série


🎬 Créée par Gloria Calderón Kellett, Mike Royce  (2017)


4 saisons


 28min


❤️

Triggers Warning : TSPT, Addiction, Dépression, Homophobie[Voir les détails]

Trouble de stress post-traumatique :

Peneloppe Alvarez et son ex-mari Victor souffrent de stress post-traumatique. Plusieurs épisodes de la série sont consacrés à leurs difficultés. L'épisode 9 de la saison 3 en particulier est consacré aux crises d'angoisses dont souffre Peneloppe.

Addiction :

Deux personnages de la série souffrent d'addiction. Victor (l'ex mari de Peneloppe) et Schneider (le voisin). L'addiction est mentionnée régulièrement, mais deux épisodes en particulier abordent cette thématique: l'épisode 12 de la saison 1 (consacré à Victor), et l'épisode 12 de la saison 3 (consacré à Schneider). Ces deux épisodes sont particulièrement difficiles.

Dépression :

Peneloppe souffre de dépression: si cela est mentionné à plusieurs reprises, l'épisode 9 de la saison 2 est intégralement consacré à cette thématique. On y aborde l'état de santé mentale de Peneloppe alors qu'elle décide d'arrêter ses antidépresseurs, ainsi que ses difficultés à en parler avec sa famille.

Homophobie :

Lorsqu'Elena fait son coming-out, son père réagit très mal. Alors qu'il est supposé danser avec sa fille pour sa quinceañera, il quitte brusquement la fête, laissant Elena seule (Saison 1 épisode 13).

Pitch :

Titre français: Au Fil des Jours

One Day at a Time suit le quotidien d'une famille américaine d'origine cubaine à Los Angeles, composée de Peneloppe Alvarez, ses enfants Elena et Alex, ainsi que sa mère Lydia.

De quoi ça parle vraiment :

  • De relations familiales et intergénérationnelles
  • D'identités LGBTQIA+
  • De santé mentale
  • De racisme et xénophobie
  • De politique étasunienne contemporaines
Représentation et visibilisation
Personnes Concernées
Feel Good
Militant
Déconstruction

Représentation et visibilisation

. La série visibilise l'expérience d'une famille cubano-américaine vivant à Los Angeles, et aborde le sujet de l'immigration à travers le personnage de Lydia, la grand-mère. Dans l'article This Is What Happened When 5 Cubanas Sat Down to Watch Netflix’s 'One Day at a Time’ sur Remezcla, cinq personnes cubaines donnent leurs impressions sur la série en tant que personnes concernées, et discutent de l'importance de ce type de représentation à la télévision.

. One Day at a Time aborde de très nombreuses questions politiques et sujets difficiles, parfaitement incorporés au ton de la série: santé mentale, racisme, identités queers, masculinité toxique ou encore féminisme.

. La série comporte deux personnages queers: Elena, la fille de Peneloppe, et sx partenaire Syd, une personne non-binaire. La série aborde la question du coming-out, des LGBTphobies et de l'identité de genre avec sensibilité et bienveillance.

Personnes concernées

. Gloria Calderón Kellett est une réalisatrice, productrice, scénariste et actrice américaine d'origine cubaine. One Day at a Time s'inspire de sa propre enfance, car ses parents ont quitté Cuba dans les années 1960 pour s'installer aux Etats-Unis. La créatrice de la série apparaît également à l'écran dans le rôle de la nouvelle fiancée de Victor Alvarez.

. On peut également noter que la moitié des scénaristes de la série sont des personnes latines. Les acteurices, quant à elleux, ne sont pas d'origine cubaine, mais portoricaine ou colombienne.

Feel Good

. One Day at a Time est dans l'ensemble une série drôle et très agréable à suivre. Cependant, certains sujets difficiles liés à la santé mentale ou aux oppressions systémiques sont abordés de manière récurrente.

Militant

. En choisissant de réaliser un remake d'une série des années 1970, Gloria Calderón Kellett avait pour objectif d'incorporer des thèmes politiques forts dans sa sitcom. Certains partis pris délibérés font également partie de la dynamique militante de la série en matière de représentation: par exemple, la créatrice a choisi de ne pas sous-titrer les dialogues en espagnol.

. Gloria Calderón Kellett est une militante des droits des personnes immigrées et a lutté durant quatre ans contre les politiques xénophobes de l'administration Trump. En 2018, elle s'est également engagée dans le projet "50/50 by 2020" aux côtés d'autres personnalités: ce projet a pour objectif de mettre en avant les femmes et les personnes racisées au sein de l'industrie hollywoodienne.

Déconstruction

. One Day at a Time utilise son format pour déconstruire de nombreux mécanismes d'humour auxquels nous sommes malheureusement habitués. Le genre de la sitcom a souvent fonctionné sur les bases d'humour raciste, sexiste, grossophobe, LGBTphobe, etc... Ici, nous ne rions plus à des blagues oppressives, mais aux situations, aux dynamiques familiales ou aux dépens des oppresseurs.
La série n'a également pas peur de désarmorcer sa propre mécanique humoristique et de couper tout rire enregistré lorsque les sujets deviennent plus graves. Le paradoxe de ton permet alors au sujet d'être traité avec beaucoup de sincérité et de nuances.

. Le personnage de Schneider (le propriétaire et voisin de la famille Alvarez) est une déconstruction de l'habituel "token": très souvent dans le genre de la sitcom, un personnage issu d'une minorité est utilisé uniquement comme un ressort comique. Ce mécanisme problématique est ici renversé: Schneider est un homme blanc cis hétérosexuel et riche. Le personnage (relativement attachant) est présent tout au long de la série: non conscient de ses privilèges, il est constamment moqué en raison de son statut, son comportement ou fermement remis à sa place, ce qui ne l'empêche pas d'être écrit avec nuance. Le traitement de ce personnage est ainsi très souvent l'occasion d'aborder des thématiques importantes avec pédagogie (privilèges blancs et masculins, conséquences de la gentrification, appropriation culturelle...).

Films Similaires :

Fresh Off the Boat (Eddie Huang - 2015),
Black-ish (Kenya Barris - 2014).

  • Lexiques
  • À propos
  • Contact

© 2021 Les Queeriers du cinéma