Retour en haut

I May Destroy You

I May Destroy You

 Série / Féminisme

🎬  Réalisé par Michaela Coel  (2020)

  • Féminisme
  • Violences Sexuelles
  • Intersectionnalité
  • Anti-racisme
  • Santé Mentale

 Série


🎬 Créée par Michaela Coel  (2020)


1 saison


 30min

Triggers Warning : Viol, Violences sexuelles, Addiction[Voir les détails]

Viol

Trois scènes de viols sont montrées au cours de la série. / Episode 4 (20:30): lors d'un rapport sexuel, le partenaire d'Arabella retire le préservatif à son insu. / Episode 4 (26:20): après un rapport consenti avec un homme rencontré sur Tinder, Kwame s'apprête à partir. L'homme le plaque violemment sur le lit et se frotte à lui, nu. / La troisième scène de viol, qui a lieu lors du premier épisode, est très régulièrement montrée sous forme de flash-backs tout au long de la série.

Violences sexuelles

A de nombreuses reprises, les personnages évoquent des violences sexuelles, font des récits de viols et d'agressions, et discutent de la notion de consentement sexuel.

Addiction et consommation de drogues/alcool

Le personnage principal Arabella consomme régulièrement des drogues dures ainsi que des grandes quantités d'alcool (particulièrement lors de l'épisode 3, qui se déroule en Italie).

Pitch :

PUBLIC AVERTI.

Après le triomphe de son essai Chronicles of a fed-up Millenial sur Internet, Arabella peine à terminer son deuxième livre et décide d'aller passer une soirée avec ses amis en plein coeur de Londres. Le lendemain matin, elle ne se souvient absolument de rien. En rassemblant ses souvenirs petit à petit, elle réalise qu'elle a été violée.

De quoi ça parle vraiment :

  • De viol et de violences sexuelles
  • De consentement
  • De syndrome de stress post-traumatique
  • D'intersectionnalité
  • De militantisme
  • De racisme
  • De santé mentale
Représentation et visibilisation
Personnes Concernées
Feel Good
Militant
Déconstruction

Représentation et visibilisation

. I May Destroy You s'engage dans un discours riche et complexe sur le consentement et sur la notion problématique de "zones grises".

Personnes concernées

. Michaela Coel est la créatrice et l'actrice principale de cette série, qui s'inspire très fortement de sa propre expérience.

Feel Good

. Si l'humour est souvent présent tout au long de la série, la gravité des sujets abordés et la violence de certaines scènes rendent le visionnage souvent très difficile.

Militant

. L'existence même de cette série, créée et jouée par une personne concernée est militant en soi. I May Destroy You aborde explicitement de nombreux questionnements et positions politiques (sur la culture du viol, la misogynie, le racisme systémique, le militantisme).

Déconstruction

. I May Destroy You déconstruit les stéréotypes liés au viol et aux traumatismes des survivant·e·s. La série aborde la notion de consentement de manière frontale et son approche intersectionnelle soulève de très nombreuses questions.

Bémols

. Si la série cherche à aborder le sujet du traumatisme du viol chez les hommes cis gays, de nombreuses personnes ont remis en question la manière d'écrire l'histoire de Kwame (meilleur ami d'Arabella).
Dans l'article suivant, Oluwatayo Adewole met en lumière l'homophobie/biphobie sous-jacente de l'arc narratif de Kwame:
I May Destroy You missed an important opportunity with Kwame's queer storyline

Films Similaires :

Unbelievable (Susannah Grant - 2019),
Insecure (Issa Rae - 2016).

  • Lexiques
  • À propos
  • Contact

© 2021 Les Queeriers du cinéma